Il y a de la licorne dans le bus…

Ou comment on a essayé d’aménager le bus de la manière la plus écologique et éthique possible…

Dans cet article, j’avais envie de revenir sur la genèse du projet et sur la manière dont nous avons pensé le bus.

Il y a 6 ans, le vase d’expansion de la vieille chaudière gaz explosait. On a étudié l’idée de se chauffer avec une énergie renouvelable grâce à une chaudière à granulés mais en plus du budget de base, il fallait faire des travaux ce qui augmentait la facture et le retour sur investissement était très très long. Nous avons donc réinstallé une chaudière gaz en se disant que l’on verrait les économies faites rapidement grâce à sa meilleure technologie. Que nenni! Le prix du gaz a augmenté et les factures n’ont pas baissé. Ce fut l’étincelle qui mit le feu à nos réflexions. Nous désirions plus d’autonomie énergétique, alimentaire, etc. J’en parlais un peu ici

Allons nous acheter une vieille bâtisse dans le Limousin  pour la rénover écologiquement et créer un grand potager?

Ou si on autoconstruisait en paille pour avoir une maison peu demandeuse en énergie au milieu d’un champ en permaculture?

Nous avions aussi à cœur de construire les apprentissages des enfants autour des rencontres, des visites, de la découverte du monde: les ancrer dans le réel. Dans ce cas, acheter une petite cabane dans la forêt et voyager en vélo ou en camping-car?

Pfff, difficile d’y voir clair entre nos envies, nos peurs, nos possibilités et nos contraintes et aucune solution nous convient vraiment….

En attendant, nous avons commencé à désencombrer la maison pour s’alléger, réfléchir et tester ce que nous pouvions faire par nous mêmes: les produits ménagers (recette de la lessive à la cendre ici), des vêtements, notre alimentation, , les produits d’hygiène, les cadeaux…

Puis, après avoir suivis les aventures de La Roulotte qui gigote nous avons rencontré Yannick, Maude et leurs enfants ( les MYTAE ) qui vivaient en bus. Eurêka! Nous allons aménager un bus et vivre dedans! Voilà commente changer de vie et vivre autrement! C’est le déclic, on sent vraiment que nous sommes dans la bonne direction et on fonce!

Après 4 mois de recherches, il est dans notre jardin et nous allons l’aménager en prenant soin du mieux possible de la Terre et de ses habitants en choisissant le plus possible des produits sains et écologiques ou le recyclage.

Nous avons donc utilisé comme matériau principal le bois sous différentes formes: liège à projeter, en vrac, en plaque; laine de bois, palettes pour toutes la déco, bois rond de châtaignier, abricotier et if…

Nous avons réutilisé des miroirs, quelques sièges d’origine, les câbles électriques, les plaques de mousse isolante, les pieds de la table.

Certains objets de décoration de la maison et la plupart des étagères ont migré dans le bus tels que des rideaux, les lampes de chevet des enfants qui sont devenus celles des parents, les lampes de chevet des parents qui sont au dessus du pare-brise, de la petite quincaillerie que l’on a détourné etc.

Pour le reste on a privilégier le seconde main, grâce à Emmaus, Le Boncoin et la famille. Des chutes de cuir récupérées d’une usine du coin sont devenues nos attaches de tringle à rideaux, nos boutons de porte et de tiroirs et nos attaches rideaux . La porte de la salle de bain est à l’origine une porte de placard.

Passer d’un peu plus de 150 m2 à 30m2 habitable pour 6, ça nous oblige à faire des choix et à virer le superflu (bien qu’il y en a encore!). Le placard à vêtements de moins de 4m2 pour 6 est là pour nous le rappeler: fini la petite robe ou la jolie chemise que l’on porte tous les 18 mois ou que l’on garde pour une occasion et qui sera jamais mise.

 

Dans la salle de bain, nous avons fini tous les cosmétiques qui étaient peu utilisés et nous en avons profité pour ne pas en racheter et garder que les basiques et les essentielles fabriqués maison.  Bien que finalement, on a de la place, il y a là aussi encore trop de choses à mon goût.

Dans la cuisine, exit les 147 robots encombrants. On a gardé un pied mixeur pour la mayo et les soupes, 1 petit blender pour les pâtés végétaux, fauxmages, smoothies et autres mets délicieux, et un robot pétrisseur indispensable pour les blancs en neige, le pain, les légumes râpés et aller plus vite. On a dit bye-bye aux trop grandes casseroles et à la vaisselle des grands jours. On hésite encore sur la place à laisser au déshydrateur.

Notre grosse difficulté dans le chemin vers la légèreté: les livres! C’est beau un livre, ça sent bon, ça se prête, ça s’offre en lecture… on a du mal à s’en passer, quoi!

 

Maintenant nous vivons plus léger!

Nous espérons travailler pour vivre et non vivre pour travailler. Vivre sobrement dans la joie.

La joie de fabriquer avec ses mains, d’offrir avec amour, de réfléchir à toutes la chaine de vie d’un objet, de sa fabrication à son recyclage.

 

Notre plaisir: être capable de fabriquer ou réparer et recycler plutôt que jeter!

Souvent, quand nous vous croisons, vous nous demander quand est-ce qu’on part.

La première réponse que nous donnons est « Dès que la maison sera vendue! ». Mais la vraie réponse est « le voyage a déjà commencé! ». Il a commencé, il y a longtemps quand la graine de licorne a germé en nous, quand ce projet de vivre en bus s’est imposé, quand le bus est arrivé chez nous et que l’aménagement a débuté….le voyage EST commencé!

Et alors, c’est quoi cette histoire de licorne?

Les licornes c’est un surnom donné aux membres d’un groupe d’entraide de gestion budgétaire, de minimalisme mais pas au prix de l’écologie et de l’éthique, un peu ce que l’on a essayé de faire sans mettre de nom.

Si chacun faisait sa part, on aurait pleins d’histoires joyeuses à se raconter.

En attendant, je vous laisse avec une idée de lecture…

 

Edit du 26 janvier: je viens de retrouver cette image en triant les photos, le traitement des palettes.

Comments

  1. Roger

    Super bon courage à vous tous !!!

Nous aimons lire vos commentaires, n'hésitez pas